Plan "Un jeune, Une solution"

24 Juillet 2020

En déplacement à Besançon, le Premier ministre a présenté le plan « Un jeune, Une solution ». Pour faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire, ce plan de 6,5 milliards d’euros a vocation à faciliter leur entrée dans la vie professionnelle, à orienter et former 200 000 jeunes vers les secteurs et métiers d’avenir et à accompagner 300 000 jeunes éloignés de l’emploi en construisant des parcours d’insertion sur mesure.

L’Etat crée une compensation de charges de 4 000 euros pour tout jeune recruté entre août 2020 et janvier 2021. Cette compensation vaut pour tout contrat d’au moins trois mois jusqu’à 2 SMIC et sera de 1 000 euros chaque trimestre pendant un an maximum. 

 

Une aide exceptionnelle de 5 000 euros est octroyée aux entreprises recrutant un apprenti de moins de 18 ans. Pour les plus de 18 ans, cette prime est de 8 000 euros. Les modalités d’octroi de cette prime sont identiques pour les entreprises recrutant des jeunes en contrat de professionnalisation. Il s’agit d’une aide exceptionnelle pour les signatures de contrat préparant à un diplôme ou un titre de niveau licence professionnelle ou inférieur, signé entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021. 

Dès 2020, 100 000 nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes seront proposées aux jeunes sans qualification ou en échec dans l’enseignement supérieur. De plus, 100 000 missions de service civique supplémentaires seront mises en place pour permettre à des jeunes de s’engager dans des associations.

Le plan prévoit également 150 000 entrées en Garanties jeunes en 2021 (contre 100 000 initialement programmées). Ce dispositif d’insertion est géré par les Missions locales pour jeunes sans emploi ni formation, avec un accompagnement renforcé pendant un an et une allocation mensuelle de 497 euros.

 

Pour doubler les capacités de formation des aides-soignants, des infirmières et des auxiliaires de vie dans les cinq prochaines années, de nouveaux parcours de formation dans le secteur du soin sont développés. L’impact attendu de cette mesure est d’aboutir à 6 000 infirmiers et 10 000 aides-soignants formés à horizon 2021. 

 

Avec 750 000 jeunes qui arriveront sur le marché du travail en septembre, le Gouvernement s’engage et se fixe pour premier objectif du plan de relance de permettre à chaque jeune de trouver une place dans la société.

Suivez Denis Sommer sur les réseaux sociaux

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale
Assemblée-Nationale-600x375.jpg