La République : une ambition plus que jamais d’actualité

 

4 Septembre 2020

À l’occasion d’une cérémonie de naturalisation au Panthéon, adressée à des citoyens - issus d’Algérie, du Pérou, du Royaume-Uni - devenus français pour y vivre, travailler ou y exercer leur passion, le président de la République, Emmanuel Macron, a célébré les 150 ans de la III° République, proclamée le 4 septembre 1870 par Léon Gambetta à la chute de l’Empire de Napoléon III.

 

Emmanuel Macron a rendu à cette occasion un hommage solennel à de grandes personnalités qui ont marqué l’Histoire contemporaine de la République – Léon Gambetta, Marie Curie, Joséphine Baker, Felix Eboué, Gisèle Halimi – toutes et tous issus de l’immigration ou devenus français au cours de leurs vies et de leurs combats.

Une manière d’affirmer le caractère historique de notre République, mais aussi la profonde actualité des principes qui lui sont attachés, « Car être français, ce n’est jamais seulement une identité, c’est aussi une citoyenneté ».

 

Il n’est pas inutile aujourd’hui de rappeler que la citoyenneté suppose des droits : choisir ses représentants, s’exprimer librement ou s’épanouir avec ses propres convictions… Ceux-ci ne fonctionnent qu’à l’appui de devoirs : respecter les élus qui ont été désignés, les règles qui en découlent, respecter, justement car il s’agit d’une liberté : la parole ou la conviction d’autrui.

Être français, c’est également travailler au progrès de l’égalité des droits et de l’égalité réelle, entre les femmes et les hommes, au-delà des origines, des opinions, d’un état de santé ou d’un handicap : à ce titre le Président de la République souhaite que l’Etat réengage un important travail en faveur de l’égalité des chances, pour que « chaque citoyen puisse conduire sa vie par son mérite, par son travail ».

 

Si la crise sanitaire que nous avons vécu a montré plus que jamais le caractère essentiel de la fraternité dans notre pays, les tensions qui sont apparues fortement ces dernières années et qui resurgissent encore aujourd’hui fragilisent la République.

 

Il convient de combattre ces démarches : « Il n’y aura jamais de place en France pour ceux qui, souvent au nom d’un dieu, (…) entendent imposer la loi d’un groupe, non. La République, parce qu’elle est indivisible, n’admet aucune aventure séparatiste. »

 

C’est pourquoi, « un projet de loi de lutte contre les séparatismes sera présenté dès cet automne », a annoncé Emmanuel Macron.

 

Suivez Denis Sommer sur les réseaux sociaux

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale