Ségur de la santé

Concertation sur l'avenir de notre système de santé

Juin - Juillet 2020

Les 18 et 25 Juin 2020, avec mon collègue Frédéric Barbier, nous avons réuni des professionnels du système de santé et du médico-social pour des temps d’échange sur l’avenir de notre système de santé.

Nous avons souhaité nous mettre à l'écoute de ces personnels de terrain, entendre leur quotidien, leurs réactions mais également leurs propositions. 

Le Ségur de la santé ne doit pas être uniquement celui de l’hôpital, ni de la médecine de ville. Il ne doit pas juste remettre du plâtre sur des fissures. Nous devons bien partir d’un projet global d’État, et non pas se centrer uniquement sur l’hôpital public. 

 

La crise sanitaire a fait émerger un certain nombre de constats. 

 

Nous devons définir et redéfinir ce qu’on entend par « métier du soin ». Le secteur médico-social, le milieu du handicap, les centres éducatifs, les Ehpad et le secteur des soins à domicile ont tous été en première ligne. Il faut prendre en compte tous les métiers de la santé : sanitaire et social, car ils sont intimement liés. 

 

La crise du Covid-19 a montré que notre système de santé était au bord de la rupture. Si les "meubles ont été sauvés" c’est au prix des efforts démesurés et consentis par les soignants.

Pour avoir un système de santé efficient et de qualité, il faut y mettre les moyens. 

 

Il faut également faire confiance aux professionnels présents dans nos territoires. Les acteurs de la santé sont capables de se coordonner, la crise l’a démontré.

 

Tous les enseignements de cette crise doivent être tirés pour marquer un véritable tournant dans l’organisation et la gestion de notre système de santé qui est bien trop compliqué. 

 

Nous n’avons plus « UN » système de santé, mais « DES » systèmes de santé qui ne se parlent pas. 

 

Il ressort de nos échanges qu’il y a une dissonance entre les administratifs et les équipes soignantes. On ne doit pas confier la gestion de notre système de santé qu’à des administrateurs. Notre système doit évoluer.

 

Ces évolutions doivent être significatives, notamment pour les métiers en première ligne. 

 

Il faut harmoniser les rémunérations des soignants en fonction de leurs qualifications. Les grilles de salaires doivent être revues à la hausse. Cela donnera une vraie reconnaissance aux professionnels soignants du quotidien. 

 

Nous devons également penser notre politique d’investissement et de financement au service des soins. Cela concerne bien entendu le matériel médical, la recherche, la formation mais aussi, l’assurance d’une autonomie sanitaire en maintenant ou en créant des productions à l’échelle européenne.   

 

Enfin, les solidarités doivent trouver toute leur place dans notre système de soins, il faut rendre la médecine plus humaine et respectueuse des droits de chacun en y intégrant tous les enjeux de santé (publique, démographique, proximité, …) et en y associant les associations de patients et usagers.

 

Il faut noter que lors de nos rencontres, le développement des outils numériques a très peu été abordé. Toutefois, nous avons conscience qu’on ne pourra pas faire sans. Les outils numériques peuvent être une aide formidable à la condition que le développement se fasse avec intelligence et pertinence dans le but d’améliorer la qualité des soins et les parcours de santé. 

Découvrez ci-dessous les propositions des participants :

Suivez Denis Sommer sur les réseaux sociaux

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale
Assemblée-Nationale-600x375.jpg