Relations donneurs d’ordre sous-traitants : attention aux mauvaises pratiques. 

 

Communiqué de presse - 15 Mai 2020

           Quinze jours seulement après avoir demandé à ses fournisseurs sous-traitants de baisser leurs prix de 20 %, General Electric enfonce le clou en annonçant hier, à l’occasion d’un comité social et économique (CSE), la délocalisation d’environ 40 000 heures de travail, initialement prévues à Belfort, vers les États-Unis et l’Arabie Saoudite. 

Il s’agit encore une fois d’une décision inadmissible. 

Tout d’abord, nous pouvons sérieusement douter de la sincérité de la firme américaine lorsqu’elle explique sa décision par la situation sanitaire. Si les capacités de production sont impactées, aucune alternative ne semble avoir été sérieusement étudiée pour permettre, plutôt qu’une délocalisation, une augmentation de la production sur le site de Belfort. 
Notamment, d’après les organisations syndicales, la mise en place d’équipes de nuits, de week-ends ou d’étalement de l’activité en utilisant des bâtiments disponibles auraient pu être envisagée. Le site belfortain en a les capacités. 

 

Par ailleurs, cette décision remet en cause l’accord obtenu en octobre 2019 qui positionne Belfort comme un site central de la production et de la réparation de rotors.

 

Nous pouvons hélas déduire que l’épidémie de Covid-19 est un prétexte permettant à General Electric de renforcer la production de son site de Greenville aux États-Unis et d’accélérer la délocalisation de ses activités en dehors de la France dans le non respect de ses engagements. 

 

Dans ces conditions, il est nécessaire d’envoyer un message fort pour que General Electric revoie ses positions. J’ai alerté Monsieur le Ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, à ce sujet. 

 

D’une manière générale et au-delà du cas de General Electric, il est fondamental que la situation sanitaire ne devienne pas une occasion de mauvaises pratiques pour les grands donneurs d’ordre. Il convient notamment d’être très vigilant à ne pas admettre l’usage, qui semble se multiplier y compris dans le Doubs, des « Remises Covid », consistant pour un donneur d’ordre à demander une baisse de 10 % à 20 % à ses fournisseurs. General Electric a pu le faire en avril dernier, mais il semble bien que d’autres grands groupes soient tentés d’agir de la même manière. Nous avons des informations à ce sujet.

Suivez Denis Sommer sur les réseaux sociaux

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale