CETA : Pourquoi une abstention ?

24 septembre 2019

Oui, nous avons besoin d’accords commerciaux régulés. Sans cela, le marché n’obéit à aucune règle. Le marché est roi et peut être dévastateur pour certains secteurs de notre économie.

Est-ce qu’un accord avec le Canada est une bonne nouvelle ? Oui, parce que des secteurs industriels et agricoles peuvent trouver des nouveaux débouchés. En 2018 :

+6,6% des exportations françaises vers le Canada
+16% d’exportations de fromage
+88% pour les véhicules collectifs et équipements
+13% pour les machines et les outils
+16% pour les cosmétiques

Pour autant, la situation du marché de la viande n’est pas satisfaisante. L’utilisation massive d’antibiotiques, d’accélérateurs de croissance et de farines animales (apport de protéines) autorisés au Canada nous fait prendre le risque de voir des viandes bovines en particulier, entrer sur nos marchés sans être vraiment contrôlées.

A ce jour, peu de fermes au Canada importent en France et en Europe. Qu’en sera-t-il dans quelques années ? Les fermiers canadiens s’adapteront ils à nos règles ? Seront-ils compétitifs ? Bien malin celui qui peut le dire aujourd’hui.

Aussi, cette abstention est un appel. Oui, à des accords de régulation mais aussi Oui, à des procédures de contrôle qui permettent aux produits de rentrer chez nous à la condition qu’ils répondent aux normes en vigueur en France et en Europe.

Le débat va maintenant se poursuivre. J’attends du Gouvernement des garanties à ce sujet essentiel.

Denis SOMMER

Député

3ème Circonscription du Doubs

Suivez Denis Sommer sur les réseaux sociaux

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Icône sociale